Au 37, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, Martin Boyce crée l’oeuvre pérenne A Thousand Future Blossoms qui rassemble un portail, un sol et une verrière. A Thousand Future Blossoms est une commande artistique du groupe Galeries Lafayette et de Citynove.

Au 37, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, Martin Boyce crée l’oeuvre pérenne A Thousand Future Blossoms. Inspiré par les arbres cubistes réalisés par les frères Martel pour l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925, l’oeuvre de Martin Boyce fait pousser dans le Marais des formes végétales en béton. Cette hybridation entre la nature et ses artifices est au fondement de la poésie de l’artiste. Martin Boyce développe un vocabulaire formel autour de motifs historiques pour faire pousser au coeur de la ville une forêt graphique. « J’ai développé un motif, la transcription linéaire de l’arbre des frères Martel. Je me suis rendu compte qu’en répétant ce motif, j’ai créé une forêt, un forêt graphique. »
A Thousand Future Blossoms est articulée en trois chapitres. Plus que de simples sculptures, ces oeuvres monumentales sont de véritables lieux, tels que le précisent leurs sous-titres : Threshold, Forest Bed, Canopy. De l’extérieur vers l’intérieur du bâtiment, ces trois interventions artistiques constituent une narration urbaine
où la riche mémoire du lieu se fond en une accumulation de formes, telles des fractales constituées de matériaux minéraux : fer, pierre et verre. Un portail forgé à la main tient lieu de porte d’entrée et s’ouvre sur un sol en pierre bleue du Hainaut, composé par la répétition de formes géométriques fragmentées. « Le plafond devient une canopée, un cerisier futuriste ». Au centre du bâtiment, une étendue de verres blancs et roses se déploie. Sous l’immense verrière, 2000 formes trapézoïdales sont traversées par la lumière zénithale. La variation de l’intensité lumineuse au fil de la journée et même de l’année, modifie constamment la configuration de l’oeuvre, du restaurant et de son architecture.

Biographie

Né en 1967 à Hamilton (Ecosse), Martin Boyce vit et travaille à Glasgow. Ses études d’art le mènent de la Glasgow School of Art au California Institute of the Arts à Los Angeles.
Après avoir été exposé à Münster dans le cadre des Skulptur Projekte en 2007, il représente l’Écosse à la Biennale de Venise de 2009 avec l’exposition No Reflections. Il se voit décerner en 2011 le Turner Prize, organisé par la Tate Britain de Londres, pour son installation Do Words Have Voices exposée au Baltic Center for Contemporary Art. En janvier 2018, avec le soutien de la Fondation Clore Duffield, il crée Remembered Skies, oeuvre in situ recouvrant l’une des terrasses de la Tate Britain.

GALERIE DES GALERIES prend en charge de nombreux navigateurs
mais il semble que celui-ci soit obsolète,
veuillez utiliser le navigateur Google Chrome ou bien mettre à jour votre navigateur.

GALERIE DES GALERIES supports many browsers
but it seems that it is obsolete,
please use the Google Chrome browser or update your browser.